Transition

Il y a des moments inconfortables qu’on voudrait souvent éviter ou raccourcir: les transitions. Entre deux saisons ou deux respirations, au retour de voyage, en attente de résultats, ou au réveil matinal … Et pourtant les transitions sont des moments riches et fertiles. En y portant toute son attention, on peut apprécier ces instants non figés, sans forme, où tout est possible. C’est l’espace idéal où peuvent se déployer détente, inspiration, réceptivité, créativité, fluidité, et liberté!

 

Publicités

Qui croyons-nous être pour juger l’autre?

IMG_3033

Chacun(e) a ses croyances. Par example: certain(e)s croient qu’on crée et qu’on est responsable de tout ce qui nous arrive, notre santé, épreuves et maladies, ou au contraire, d’autres croient que c’est le destin, le karma, le hasard, les pensées négatives… Nous sommes conditionnés par nos croyances (expériences personnelles, éducation, culture etc), c’est ce que nous sommes. OK. Alors respecter l’autre, c’est respecter ses croyances sans imposer les siennes, sans jugement. Juger l’autre, c’est se juger soi. Qui croyons-nous être pour juger l’autre???!!!

Continuer


Quand on sait intimement que ce qui est là est bon pour soi, alors il faut continuer, continuer quoi qu’il se passe. Continuer malgré les pensées et émotions qui apparaissent dans le mental: malgré les peurs (de ne pas avoir assez ou d’être trop, peur de l’échec ou de la réussite), malgré tous les sentiments (ennui, inutilité, culpabilité, honte, découragement, incapacité, inconfort, insatisfaction, vulnérabilité…), malgré le manque de motivation, de temps, d’estime ou de confiance en soi… Il faut continuer, persévérer encore et toujours, sans écouter le discours mental préprogrammé qui tourne automatiquement comme un disque.

Servir les autres

Attention au « syndrôme Mère Térésa »! Servir l’autre peut devenir souffrant lorsque c’est un besoin pour se sentir exister, se sentir utile, vivant. Il faut se servir Soi avant de servir les autres, tout comme il faut d’abord s’aimer pour aimer les autres.

Car l’autre, comme l’amour, est à l’intérieur de soi.

Nuages de problèmes

Photo0082_2

La vie est une suite de problèmes à gérer, à résoudre. Petits problèmes, moyens problèmes, gros problèmes, parfois il y en a peu, parfois il y en a beaucoup. Comme les nuages. Parfois blancs et légers, parfois noirs et menaçants. L’essentiel n’est pas comment je les gère matériellement, mais comment je les vis intérieurement, en observant mes émotions et sensations.

Le mal a dit maladie

hopitalphoto0071

Nous avons de nombreuses croyances face à la maladie: faiblesse, échec, punition, châtiment, défi, leçon de vie, destin, déconnexion au soi, avertissement, cadeau du ciel, opportunité de connaissance de soi, etc. Et si c’était plutôt juste … une maladie? Comprendre son karma, connaitre son dharma, rechercher artha …est-ce utile? À chaque instant apparait quelque chose de nouveau, une nouvelle expérience, car la vie est changement et mouvement incessant. Le passé et le futur n’existent pas. Il n’y a que l’expérience de l’instant. On ne peut alors que vivre pleinement en conscience.